Remember Rimini

Par Alain

8h30. Le petit matin clairet, à l’aérodrome LFMA.
Je retrouve Alex, concentré, qui s’est occupé de tout. C’est le premier voyage que nous refaisons, depuis Cannes. Les souvenirs me reviennent… les effaroucheurs d’oiseaux… je n’avais jamais vu cela.

La visite pré-vol est faite consciencieusement.
Alex a déposé son plan de vol et demande l’autorisation pour le départ. La tour est pressée. Elle nous pousse en piste 32, et donne les infos pour le vol IFR à la volée. Alex lui répond qu’il ne peut pas rouler et noter en même temps !

Départ parfait.
Tout y est, la puissance, l’arrondi, le virage. Surprise: on va voler en IFR au niveau 150. La destination m’est toujours inconnue. Spectacle magnifique des rayons de soleil qui irissent les nuages. Alex est concentré, change de fréquence, vérifie les paramètres qui s’affichent sur le glass cockpit, et je découvre qu’en plus, il relève les paramètres de température des cylindres, notés soigneusement.
IMG_4966

Nous sommes équipés d’oxygène, et je me plains d’un mal de tête.
Alex vérifie. Geste précis tout en pilotant. Je désature. Tranquille, tout en continuant ses manœuvres, il vérifie la pompe à oxygène, modifie la position de mes lunettes à O2. Réponse immédiate, et la bonne: la saturation en oxygène de mon sang reprend une valeur normale. 

IMG_4882

Nous traversons la frontière.
Direction l’Italie, l’Adriatique, Rimini. Beau et long vol vers cette destination nouvelle et inconnue.

IMG_4962

Atterrissage impeccable.
L’aérodrome immense est vide. Nous sommes seuls. on vient nous chercher pour les formalités et nous faisons toujours la même impression décalée avec nos vélos et nos sacs à dos.

L’aérodrome est situé près de la mer.
Ainsi nous roulons tout de suite sur un sentier au bord de l’eau. Il fait chaud. Après quelques kilomètres et quelques hésitations, nous nous retrouvons au restaurant. Nous commandons deux pintes de bière qui arrivent très fraîches. Un délice. Un repas convivial et nous voilà repartis pour trouver notre hôtel. Alex qui a toujours un tour dans son sac, nous emmène dans un hôtel du bord de mer, et en anglais, explique que deux ans auparavant, il avait failli venir, mais en avait été empêché par le mauvais temps. Il montre un mail de l’époque, indiquant que sa réservation n’était pas perdue, et qu’il serait le bienvenu s’il repassait par là. Miracle nous sommes reconnus et invités. On nous installe dans notre chambre et on nous propose de faire de la thalassothérapie.

IMG_4971

Une heure de repos, puis nous reprenons les vélos pour une visite.
Rimini est une grande ville balnéaire. Elle est endormie à cette période de l’année.  Des kilomètres de plage et des centaines de parasols alignés comme des soldats. Puis tout au bout, une plage sauvage. Nous décidons de goûter l’Adriatique. Alex fait le fou en courant partout. Un moment de bonheur.

Puis nous visitons la ville assoupie, qui me rappelle mort à Venise, un film que j’avais aimé. Nous traversons des parcs, croisons des fêtes, et assistons même à des danses de country, sur une musique de John Denver, qu’Alex m’a fait connaître dernièrement.

IMG_7176

Retour à l’hôtel, douche, puis nous voilà repartis dans la zone touristique, où nous découvrons un restaurant, qui nous sert une délicieuse pizza italienne. Une bonne soirée, mais Alex est déjà sur le retour. Il regarde les cartes météo, programme des retours en IFR, rien ne lui convient vraiment, et se pose le problème du fuel qui risque d’être juste, et qu’on ne peut pas faire à Rimini.

IMG_4987

Il calcule notre conso et m’explique qu’avec le vent arrière dont on a bénéficié à l’aller, et la croisière au niveau 150, peu d’essence a été consommée. Ça ne sera pas le cas au retour. En plus, le temps est incertain. Tous les paramètres défilent dans sa tête, et je lui conseille d’arrêter jusqu’au lendemain. Il en convient.

Petit déjeuner le dimanche matin. Les dernières info météo prises, il décide du trajet de retour. Il sait qu’en tant que pilote il doit décider.

Retour à l aérodrome et une surprise: on veut nous passer les vélos aux rayons X !!

IMG_7212

La CNI d’Alex est périmée, et on nous dit que les accords de Schengen sont suspendus   Heureusement Alex a une copie de son passeport. On nous laisse repartir.

Le vol est parfait.
On vole initialement au niveau 130. Pas de souci d’oxygène. Alex est très concentré. La météo qui semblait mauvaise s’ouvre devant nous. Pas de déroutement. Pas de nécessité de refueler.

Après 3h de vol, atterrissage tranquille à LFMA. Passées les operations de fin de voyage, nous finissons par un somptueux repas au MacDonald des Milles.

C’est la fin du voyage. Une belle parenthèse.
Un moment de choix passé avec mon fils grâce à la complicité de sa « Piloute ».

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s